Crise Covid19

Les mesures pour les travailleurs indépendants

revendications indépendants
Union revendique pour ses adhérents une meilleure protection

UNION, au nom de ses adhérents porte les revendications suivantes afin d’assurer le redémarrage de l’économie française et pour éviter la ruine potentielle d’une économie du savoir, d’experts et d’assistance nécessaire aux entreprises et aux particuliers (services à la personne):

- Parce que le socle social est un des outils essentiels du modèle français, tous les travailleurs doivent pouvoir, dans le contexte de crise sanitaire actuelle, être protégés. Au-delà de l’annonce du report des cotisations sociales et fiscales, UNION revendique un maintien de droits minimum à la retraite pour tous les indépendants (nombre de points plancher pour acquérir un trimestre de la SS).

Le gouvernement a annoncé un accès simplifié et rapide à indemnisation (1500€ pour ceux qui ont perdu 50% de leur CA entre mars 2020 et mars 2019, et la prorogation tout le temps de la période de confinement et de fermetures des activités non vitales). Malheureusement un nombre important d’indépendants ne pourront avoir accès à cette indemnisation, c’est pourquoi UNION revendique :

  1. Que cette indemnisation soit accessible à tous les indépendants, quelle que soit leur activité, et pas uniquement ceux dont l’activité a été fermée dans le cadre des mesures sanitaires, sans condition d’emploi de salariés, et que cette indemnité soit calculée sur la moyenne mensuelle des revenus nets fiscaux de l’année 2019, dans la limite des 1500€ afin de simplifier les démarches. 
  2. Que cette indemnisation soit prorogée de trois mois au-delà de la période de fin de confinement  pour permettre aux travailleurs indépendants de relancer leur activité. Nous parlons ici de 12% de l’emploi en France pour l’ensemble des travailleurs indépendants et 1,8 million de travailleurs indépendants n’employant pas de salariés (chiffres INSEE 2017)
  3. Parce que les travailleurs indépendants payent aussi la CSG (9,20%), UNION demande que ceux qui n’emploient aucun salarié et qui devraient liquider leur activité dans les 3 mois suivant la sortie du confinement, puissent bénéficier de l’ATI (Allocation des Travailleurs Indépendants) aux conditions précisées par le décret 2019-796 du 26 juillet 2019 (800€ pendant 6 mois) et être exempté des frais de liquidation (environ 3000€) afin de leur permettre de bénéficier d’un délai de rebond.
  4. Si le soutien particulier des banques par le rééchelonnement des remboursements de prêts et l’octroi automatique de la garantie BPI a été acté par décision gouvernementale, UNION souhaite que des engagements précis sur leur mise en œuvre pour l’ensemble des travailleurs indépendants, avec une attention particulière pour les travailleurs solos, soient obtenus par les principaux acteurs bancaires, y compris un moratoire sur les agios éventuels dus à une perte de revenus.
  5. UNION revendique également que l’Etat oblige les entreprises de plus de 5000 personnes (qui de surcroit ont sollicité une aide de l’Etat via le système de chômage partiel ou via d’autres aides ultérieures) à payer immédiatement toutes les factures dues ou à devoir sur mars, avril et mai 2020 aux travailleurs indépendants.

Pour nous permettre de mieux vous représenter, exprimez-vous et rejoignez-nous en adhérant en ligne, ICI